Accueil Mode Dorinex : « les agences de mannequinat gabonaises ne suivent pas »

Dorinex : « les agences de mannequinat gabonaises ne suivent pas »

0
2

Alors qu’elle est sur le point de lancer son talk Parlons Mode 241 sur Facebook, on a fait le point sur le mannequinat gabonais avec Dorinex Mboumba, top model international.

1. Comment se porte le mannequinat gabonais aujourd’hui ?

Si on va du principe qu’un mannequin gabonais a défilé pour Louis Vuitton, Dior… Qu’une autre a fait des édito pour l’Officiel, Vogue… Qu’une autre, un showroom pour Off-White… On peut peut dire que le mannequinat gabonais se porte bien et commence enfin à pointer le bout de son nez sur la scène mondiale. C’est hyper encourageant. Mais toujours est-il, qu’il en faut 10 fois plus pour impacter réellement.

 

© Instagram dorinex.m

 

2. Nos mannequins sont-ils assez compétitifs sur la scène internationale, selon toi ?

Si l’on parle des critères physiques, bien sûr que oui ! Mais hélas, ça ne suffit plus. Le nombre de mannequins gabonais présent sur la scène internationale n’est pas assez conséquent. Nous ne sommes pas compétitifs par rapport aux autres pays qui présentent plus d’une dizaine de mannequins à chaque casting . Il faudrait que l’on soit plus nombreux pour avoir plus de possibilités d’être retenus.

3. Aujourd’hui qui sont les jeunes talents à follow ?

Il y a des visages qui se démarquent tels que : Mariam Eya Diawara, Djo Bibalou, Grâce de Navarre… Ce sont des jeunes femmes à follow et à encourager.

 

© Instagram dorinex.m

 

4. Avec le boom d’Instagram, les critères de sélection des mannequins ont largement évolué… Selon toi, nos agences de mannequinat sont-elles assez à jour des nouveaux codes du mannequinat ?

ABSOLUMENT PAS ! Déjà, je ne pense pas qu’il y ait une agence gabonaise de mannequinat sur Instagram. Comment pourraient-ils être au fait des nouveaux codes ?

5. Cette année tu as coaché au Workshop Model, en quoi ce genre d’évènement mode est-il important pour le développement du secteur du mannequinat ?

Ce genre d’événement permet déjà d’apporter une vision mondiale sur un secteur assez centré sur le local. Il met en avant les potentiels immenses qu’on a au pays.

 

© Instagram dorinex.m

 

6. C’est quoi ton actualité ? Tu nous en dis un peu plus sur ton projet Parlons Mode 241 ?

J’ai été retenue pour la Blackfashion Week d’Adama Paris, j’ai fait le show l’Oréal il y a une semaine.

Parlons Mode 241 est une page que j’ai créée qui consistera principalement à faire intervenir en direct des acteurs de la mode. Ils nous parleront de leur secteur d’activité et nous donneront leur point de vue sur la mode gabonaise et mondiale.

Charger plus d'articles liés
Charger plus par Audrey OBONE
Charger plus dans Mode

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Regardez également

Ce que vous avez raté de la ‘Lovely Allure’

Ce dimanche 10 novembre s’est tenu au restaurant – bar lounge The Groovy, sur …