Accueil Opinion Où en est l’amitié Shan’l – Tina ?

Où en est l’amitié Shan’l – Tina ?

0
4

C’est la question que beaucoup d’internautes se posent, 5 mois après l’embrouille qui opposait Edgard Yonkeu, patron du label de musique Direct Prod et l’interprète de Glaçon, Tina, sur la scandaleuse affaire de droits d’auteurs.

Souvenez-vous, fin octobre de l’année dernière, Tina publiait sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle elle dénonçait le non-respect de ses droits par Direct Prod, pointant directement du doigt Edgar Yonkeu. Ni une ni deux, la toile s’enflamma et découvrait avec stupeur, l’auteur derrière le succès de Tchizambengué et plusieurs autres hits du label.
Dans une tentative de réponse à la polémique et dans l’espoir d’éclaircir la situation auprès de ses fans, Shan’l donne un live “bouillonnant” dans lequel elle mis fin à son amitié avec sa consœur avec comme motif “s’il faut en arriver là”. Ce live qui sera très vite effacé de sa page Facebook.

Depuis, silence radio ! Les deux protagonistes n’ont plus donné l’impression de se calculer, chacune faisant ses bails de son côté. Le litige qui semblait avoir été réglé avec Tina qui a pu s’enregistrer à la SACEM, semble perdurer.

Shan’L et Tina sont-elles encore amies ? Ou encore en contact ?

La Kinda qui prépare son nouvel album composé de featuring lourds avec des pointures telles que Fally Ipupa ou encore Locko, navigue actuellement entre Abidjan et Libreville. La présence de Tina n’a pas été confirmée sur ce projet en tant que parolière. Tina écrit-elle toujours pour Direct Prod ? Une autre question à laquelle on souhaiterait bien avoir une réponse.

À quelques instants d’un violent clash entre les deux rappeuses L.Y Styll et Mareless, les femmes de l’industrie musicale n’ont jamais été autant divisées. Celles ci étant 3 fois moins nombreuses que leurs équivalents masculins, elles ont tout intérêt à se montrer solidaires et à travailler ensemble. Dans le cas de Tina et Shan’l, ce serait bien dommage qu’une si belle collaboration artistique prenne fin, tandis qu’elle est l’origine de hits comme Tchizambengué, Je me bâts pour réussir ou encore My love. Une grosse perte pour la musique gabonaise.
À l’heure où la musique nigériane est en train de s’exporter mondialement grâce à des deals comme celui de Tiwa Savage avec le géant de la musique Universal Music Group (maison mère s’il vous plaît), la musique gabonaise quant à elle patauge et finira par s’automutiler via les clashs internes qui sont multiples.

L’objectif principal étant d’abord la musique, faîtes l’amour les filles, pas la guerre. Pour devenir une star planétaire, il faut s’entourer des meilleur.es, vous en pensez quoi ?

Charger plus d'articles liés
Charger plus par badgyalmagazine
Charger plus dans Opinion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Regardez également

Tabouret Gang, Teletubbies gang … Et si tu créais aussi ton gang ?

Qui a dit que seul le Tabouret Gang avait le monopole du gang de filles ? Et si toi aussi …