Accueil Pop Culture Entretien avec Paul-André M (Dr Dragon) nous a parlé de KÔBA, de beatmaking et de son EP

Paul-André M (Dr Dragon) nous a parlé de KÔBA, de beatmaking et de son EP

0
0

KÔBA Building scandait son nom, c’était le producteur phare du label EBEN Entertainment. On est revenu sur quelques moments forts de la carrière de Paul-André M, anciennement connu sous les noms de Sonny et Dr Dragon.

De la prod dont il est le plus fier, à quelques anecdotes sur KÔBA, et aussi de son nouvel EP sur lequel il pousse la chansonnette sans complexe, il nous a tout dit !

Pourquoi Paul-André M et plus Sonny ou Dr Dragon ?

J’ai choisi de m’appeler Paul-André M parce que Dr Dragon est un pseudonyme qui est très attaché au beatmaking et à tout ce que j’ai fait dans le passé. Aujourd’hui je ne me considère plus juste comme un beatmaker mais comme un artiste à part entière. Paul-André M rassemble toutes mes facettes artistiques : beatmaker, producteur et directeur artistique.

Quelles ont été tes influences à tes débuts dans la musique ?

Quand j’étais enfant je chantais dans une chorale mais je fais officiellement de la musique depuis 2007 sous l’influence de mon père Daniel Mengome qui était maître de solfège. Double Pi du groupe Lawana, ou encore Raphael Kouam (K2A) ex producteur d’Harlem Prod m’ont beaucoup aidé. Des artistes comme K.O, Olveurs ou Lord Ekomy Ndong m’ont donné de super tuyaux à l’époque. Ils ont tous été une base importante dans ma carrière.

 

DR

 

Tu nous cites quelques moments forts de ta carrière ?

Le succès phénoménal du titre Waze de Kifra-L, mes collaborations avec KÔBA Building et la sortie de Origins mon album instrumental.

Tu as des anecdotes croustillantes sur EBEN ou KÔBA ?

EBEN c’est une église ou on chasse l’esprit de gabonitude, j’y ai beaucoup appris. KÔBA ? la personne est encore plus belle que l’artiste, c’est un esprit !

Quelle est la prod dont tu es le plus fier ?

La prod dont je suis le plus fier c’est sans aucun doute Le royaume des Kings. Pour la petite histoire, plusieurs artistes très connus à l’époque ont fui devant cette musique. À la base elle n’était pas pour KÔBA. Mais quand il l’a écoutée j’ai compris pourquoi c’était un génie. On est très loin d’en revoir un comme ça.

 

DR

 

Aujourd’hui tu chantes, qu’est-ce qui t’a inspiré ?

Je considère juste ma voix comme la dernière mélodie d’un beat que j’aurai fait. C’est juste un 360° sur mon travail.

Un projet en cours ?

Mon EP de 4 titres, Consécration, est le dernier en date mais c’est le début de quelque chose de totalement fou.

Tu te vois où dans 5 ans ?

À la tête de la plus grosse plateforme de formation et de coaching d’artistes d’Afrique et du plus gros label de production indépendant au monde.

Charger plus d'articles liés
Charger plus par Audrey OBONE
Charger plus dans Entretien avec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez également

Le chroniqueur Jeff-Patrick Ekomy nous a décrypté la carrière de Sly’A

Avec son nouveau single Fire game sorti il y a quelques semaines, Sly’A tente un ret…